Environnement Suisse 2018 : Logement

Chaque mètre carré compte

Logement

Habiter, travailler, s’adonner à des loisirs : presque tout ce que nous faisons nécessite de la place et des infrastructures. Toutefois, la surface disponible pour la nature disparaît à mesure que celle utilisée par l’être humain augmente. L’utilisation mesurée des sols constitue donc un objectif prioritaire de la Suisse de demain.

Mitage du territoire en Suisseafterbefore
19452016

Commune de Blonay (VD).  Source : Aéroport de Lausanne, archives cantonales vaudoises / Jean-Michel Zellweger

Consommation d’énergie et de matières premières

En Suisse, la consommation d’énergie dans les bâtiments génère près d’un quart du total des gaz à effet de serre émis dans le pays. Les nouvelles directives et méthodes relatives à la construction de bâtiments énergétiquement efficaces visent à remédier à cette situation. Des isolations plus efficaces, des chauffages intelligents et des énergies issues de sources renouvelables permettent de réduire la consommation et, par là même, de réaliser des économies.

Approvisionnement en énergie sans raccordement au réseau électrique

La première maison au monde qui couvre entièrement ses besoins énergétiques avec de l’énergie solaire, sans être raccordée au réseau électrique, se trouve à Brütten (ZH). Son bilan écologique est donc uniquement défini par les matières premières utilisées lors de sa construction, en 2016, et par l’« énergie grise » consommée dans ce cadre.

Brütten (ZH): Approvisionnement en énergie sans raccordement au réseau électrique

Attentes en matière de logement

La surface occupée par des bâtiments augmente continuellement en Suisse du fait de la croissance démographique, de l’essor économique ainsi que des attentes accrues en matière de logement. La demande en surfaces de logement et de travail dépend des formes de cohabitation, des modes de vie et des idéaux, qui évoluent.

Le secteur du logement est devenu de plus en plus gourmand en surface et se trouve aujourd’hui à un niveau élevé. 

Attentes en matière de surfaces de logement (Source : OFS)

39 m2
Par personne

Des différences sont toutefois perceptibles entre les régions, de même qu’entre les agglomérations et l’espace rural. La surface vouée au logement est ainsi nettement plus petite dans les grandes villes (39 m2 par personne) que dans les communes moins grandes. 

En effet, dans ces lieux, la surface correspond à la moyenne (45 m2 par personne). Les personnes habitant dans des communes prospères et proches des centres urbains, telles que Meilen, Muri b. Bern, Zollikon ou Küsnacht, jouissent d’une surface de logement supérieure à la normale (50 m2 par personne). Les habitants de Meyrin, de Renens, de Vernier et de Zermatt disposent par contre de la plus petite surface en comparaison nationale (31 m2 par personne).

En 2016, 57 % des bâtiments d’habitation étaient des maisons individuelles. Cette tendance ne semble pas près de s’essouffler : si l’on considère seulement les bâtiments d’habitation construits depuis 2000, la part des maisons individuelles se monte même à 68 %.

0% 0%
Fröschmatt (BE): Espaces ouverts dans les agglomérations

Espaces ouverts dans les agglomérations

L’assainissement du quartier de Fröschmatt, à Berne, s’est accompagné d’un réaménagement des espaces extérieurs. Ce projet pilote a permis de trouver un équilibre harmonieux entre besoins des locataires et conservation d’une biodiversité riche.

Structure du milieu bâti et espaces ouverts

En Suisse, trois personnes sur quatre vivent dans des villes ou des agglomérations. L’augmentation des surfaces d’habitat et d’infrastructure par personne et par emploi a pu y être endiguée. La concentration des activités humaines sur une petite surface permet d’augmenter l’efficacité et, partant, de diminuer les atteintes à l’environnement. 

En effet, plus les lieux d’habitation, de travail, de consommation et de loisirs sont proches, plus la nécessité d’avoir recours à un transport motorisé diminue. Le développement urbain vers l’intérieur du milieu bâti offre de plus l’opportunité de développer les espaces verts restants de manière durable, lesquels, s’ils sont bien aménagés et gérés, constituent des lieux propices aux loisirs, à la détente et au calme, ce qui augmente la qualité de vie, rend le lieu plus attrayant et favorise la biodiversité.

Innovation

NEST / UMAR : Construire avec des matériaux recyclés.